Accueil > Actualités > Des changement sur les révisions

Des changement sur les révisions

20-09-2022

Changements à venir sur les contrôle de voiles !

 

Depuis la coupe ICARE 2021, un groupe de travail a été créé avec pour mission d'établir une charte. Cette charte a pour but principalement d'uniformiser les contrôles de voile ce qui est tellement attendu de tous.

 

Cela a permis de mettre sur la table toutes nos compétences, d'échanger et de nous mettre d'accord sur un socle commun. Les échanges ont été d'une richesse incroyable et il en ressort une réelle volonté d'accorder nos violons.
Ce qui a été fait sur de nombreux sujets.

 

Toutefois, certains points font encore l'objet de désaccords. Désaccords justifiés car les constructeurs ne nous donnant pas toutes les billes, nous devons faire avec ce que nous avons. Très simple pour les voiles dont les constructeurs nous donnent des seuils clairs et précis. Beaucoup plus compliqué pour les voiles sans consignes (pourtant obligatoires selon la norme).

 

La P.M.A (Paraglider Manufacturers Association) qui regroupe quelques gros constructeurs travaillent pour établir un socle commun que nous pourrons utiliser. Mais uniquement pour les membres de la P.M.A ! Les autres constructeurs peuvent ne pas être d'accord et nous donner leurs propres seuils de réforme. Ou pas pour certains qui nous demandent de nous débrouiller.

 

Je parle surtout du seuil de réforme pour la porosité, rupture de suspentes et résistance du tissus à la déchirure. Jusqu'à maintenant, j'appliquais des seuils qui m'avaient été donnés par quelques gros constructeurs renommés.

POROSITÉ DU TISSU

Pour la porosité du tissu, j'appliquais une réforme à 15 secondes. Porosité prise à 3 ou 5 endroits différents sur la voile (Bord d'attaque centre et extérieur, extrados centre et intrados centre).

 

Ce sera dorénavant la moyenne de 5 points de mesure répartis sur le bord d'attaque à des endroits bien précis avec une valeur de réforme à 10 sec après consignes du constructeur.

RÉSISTANCE A LA DÉCHIRURE

600 g minimum de résistance avec l'instrument de mesure Bettsometer. Le test est effectué avec cet instrument comportant une aiguille que l'on plante dans le tissus, la traction que l'on applique sur celui-ci indiquant la force appliquée. sans dépasser 1500 g, et sans que déchirure il y ait.

RÉSISTANCE DU SUSPENTAGE

Pour le suspentage, j'appliquais la règle des 8G pour les suspentes en parapente et 6G pour le paramoteur. J'explique :

 

Nous partions du P.T.V max de la voile que nous multiplions par 8. Par exemple une voile qui a 75/95kg de PTV a donc une exigence de résistance de 8 X 95 = 760 kg.

 

Ensuite nous comptions le nombre de suspentes où était réparti ce poids sur les suspentes A et B sans compter les stabilos. Pas les autres car il était considéré que la charge appliquée était dérisoire et permettait d'avoir encore de la marge. Sur une voile classique type école, nous avions 3 suspentes basses A et 3 suspentes basses B. Ce qui faisait un total de 12 suspentes basses. Donc 760 / 12 = 63.3 kg qui devenait le seuil de réforme pour cette suspente, quelque soit sa résistance neuve.

 

Sur cette même voile, nous pouvions avoir 24 suspentes intermédiaires, ce qui faisait 31.6 kg. Et pour les hautes, même principe avec cependant un seuil bas ne pouvant pas descendre en dessous de 25 kg. Cela a très bien fonctionné jusqu'à maintenant, et jamais je n'ai réformé une voile sans concertation avec le constructeur en lui transmettant mes mesures.

 

Mais aujourd'hui, les voiles ont bien évolué et les constructeurs mixent les diamêtres de suspentes en fonction de leur positionnement et du pourcentage de charge qu'elles subissent ! Sur une voile comme l'Epsilon 7 taille 26 d'Advance avec un PTV max de 110 kg, il y a des suspentes différentes sur A1, A2, B1 et B2 qui résistent neuves à 230kg et A3 avec B3 qui résistent neuves à 190kg.

 

Ce qui fait un total de 230 X 8 plus 190 X 4 = 2600 kg et ce quelque soit la taille de la voile. Donc, en G, nous avions 27G neuve pour la taille 23 et 20G pour la taille 30. Ce qui est très au dessus de la valeur mini d'homologation. Si je garde le calcul à 8G comme si toutes les suspentes étaient du même diamêtre, cela donnerait une valeur de réforme à 110 kg X 8 = 880 / 12 = 73.3 kg. Mais ce n'est pas le cas et il convient à mon sens d'appliquer une proportionalité au calcul.



Voici donc la nouvelle formule que j'applique à défaut de valeur de rupture spécifiée par le constructeur

- Addition des suspentes où est réparti le poids = RESmax (résistance totale suspentage A et B sans stabilos).
- Résistance neuve de la suspente testée
- Coefficien parapente 8G / 10% d'abaissement de resistance des suspentes due coutures et épissures = 8.9
- Coefficien paramoteur 5.25G / 10% d'abaissement de resistance des suspentes due coutures et épissures = 5.8

 Ce qui nous donne une formule simple à appliquer pour les parapentes :

 

Exemple pour la A1 basse sur l'epsilon 7 taille 23 :

 

Exemple pour la A1 basse sur l'epsilon 7 taille 30 :

 

 

Cette formule est la même pour n'importe quelle suspente testée A ou B, hors stabilos et quelque soit son étage. Sera testée la suspente qui nous paraît subir le plus de contrainte en tenant compte de son matériaux et placement. Bien évidemment, une suspente déjà changée ne peut pas servir pour test car cela ne sera pas significatif du vieillissement global. Parfois ce test est inutile compte tenu du matériau utilisé et de son aspect visuel.

INSPECTION GÉOMETRIQUE

Le contrôle du calage était effectué jusqu'à présent sur une demi-voile, puis la symétrie était contrôlée. La longueur des freins était mesurée sur la ligne 1 (centre voile).

 

Dorénavant, l'intégralité des suspentes sera mesurée ainsi que les lignes de frein sur toute l'envergure. Cette opération sera plus longue et donc plus onéreuse pour le pilote.

PRÉSENTATION DU RAPPORT

Nous parlions de contrôle simple, contrôle complet, contrôle calage, etc.. Dans ce soucis d'uniformité, nous emploierons la terminologie suivante :

 

REVISION PERIODIQUE 

 

Qui sera l'équivalent de l'ancien contrôle complet avec l'intégralité des points de contrôle visuels, mécaniques et géométriques.  Seule cette révision exigée par la norme EN 926-2 informe le propriétaire ou l'acheteur de la capacité d'une aile à voler en sécurité, à un instant donné.

 

INSPECTION 

 

Qui ne renseignera que partiellement de l'état de la voile.

 

Le rapport de REVISION PERIODIQUE ou INSPECTION présentera toutes les étapes qui seront renseignées ou clairement indiquées NON EFFECTUE

TARIFICATION

Une nouvelle tarification va être mise en place très prochainement. En voici les grandes lignes :

 

REVISION PERIODIQUE 190 € ttc (+10€ voile biplace)

 

INSPECTION CALAGE 80 € ttc (+10 € si intervention, + 10 € si suspentes montées sur connects)

 

INSPECTION POROSITE 30 € ttc

 

INSPECTION RESISTANCE SUSPENTE 30 € ttc
     Démontage, remplacement et mesure de la rupture d'une suspente.

 

INSPECTION PARTIELLE 120 € ttc
     Contrôle calage
     Contrôle résistance suspente
     Contrôle porosité

 

INSPECTION SUITE BRANCHAGE 140 € ttc
     Passage sur table lumineuse pour inspecter complètement le tissus
     Inspection visuelle complète suspentage et élévateurs
     Contrôle calage

 

INSPECTION DES LIGNES suite incident 100 € ttc
     Inspection complète des lignes, élévateurs et pattes d'attache
     Contrôle calage

  • Retour aux actualités
Gérer les cookies